DISPOSITIF VIGICOMMERCE

Une action partenariale


Il s’agit d’un programme de vigilance organisé conjointement avec la Préfecture, la Gendarmerie et la Collectivité de Saint-Martin. 


Ce programme d’envergure nationale a pour objectif d’améliorer la sécurité des commerçants qui sont de plus en plus préoccupés par la recrudescence d’actes de malveillance sur le territoire.

Tous les acteurs sont conscients que la sécurité est une démarche collective reposant en grande partie sur le développement de partenariats actifs entre les citoyens et les services de l'Etat chargés de la sécurité; et désirent apporter ensemble, sur la base d'une adhésion librement consentie de toutes les parties concernées, la meilleure réponse à ces préoccupations;

Le fonctionnement de Vigicommerce

Le dispositif Vigicommerce repose sur le principe de la diffusion rapide de l’alerte afin d’éviter toute réitération des faits. Il permet à la gendarmerie d’envoyer des messages d’alerte en temps réel aux commerçants lorsque des actes délictueux sont constatés dans une rue ou un quartier. Le service fonctionne 24h/24 et 7j/7.

Les objectifs de Vigicommerce


Suscitant et renforçant la vigilance, les SMS d’alerte visent à préparer les commerçants à l’éventualité d’une agression, à rassurer la clientèle et à sécuriser le territoire et ses commerces. C’est avant tout un outil de prévention qui cherche à éviter la multiplication de méfaits dans plusieurs établissements et éviter la récidive. Parfois, l’alerte SMS conduit même à l’appréhension du malfaiteur.

Les bénéficiaires de Vigicommerce


L’adhésion au dispositif est gratuite. Les commerçants, artisans, cafés, hôtels et restaurants inscrits au Registre du Commerce et des Sociétés doivent solliciter leur inscription au dispositif auprès de la CCISM.
Ce réseau fondé sur le principe de solidarité contribue à la sécurité des commerces en permettant à leurs responsables de prendre des mesures de prévention utiles et adaptés à une situation particulière.


Mise à jour des fichiers

Il est demandé aux adhérents du dispositif à procéder à une ré-inscription après une période de trois ans. La CCISM procèdera à une campagne de communication annonçant la période de réinscription. Ceci permet d’avoir un fichier à jour évitant ainsi tout risque de diffusion malencontreuse des messages.